Syndrome prémenstruel: Quand œstrogène et progestérone ne peuvent se mettre d’accord

Définition: SPM (Syndrome prémenstruel) est un déséquilibre hormonal féminin. Il décrit plusieurs symptômes allant de moins graves (donc ne se font pas trop sentir), à plus graves (changements émotionnels et physiques très prononcés)

Origine: L’origine reste encore floue. Mais le Syndrome prémenstruel serait dû à un excès d’œstrogènes. A savoir qu’il doit avoir un certain équilibre entre le taux de progestérones et d’ œstrogènes pour qu’un cycle se déroule de manière indolore, dans le cas du Syndrome prémenstruel, cet équilibre est indubitablement perturbé et bouleversé.

  • Symptômes: Les symptômes varient d’une femmes à l’autre, et il ne faut pas confondre syndrome prémenstruel normal et syndrome pré-menstruel sévère (trouble dysphorique prémenstruel).        
  • 5 à 15 jours (aux alentours de l’ovulation) avant la venue des menstruations, certaines en souffrent plus ou moins.
  • Trouble de l’appétit (nausées, fringale sucrée ou salée, surtout fringale sucrée)
  • Maux de tête, chaleur nocturne, grosse douleur aux niveaux des ovaires et bas-ventre, crampes utérines (au point où certaines ont du mal à entreprendre quoique ce soit)
  • Stress, manque d’entrain, pensées noires (à cause de la grande détresse ressentie), fatigue inexpliquée, insomnie, irritabilité plus ou moins excessive, changement d’humeur inexpliqué et de manière anarchique, agressivité
  • Douleurs mammaires (les seins sont douloureux et très sensibles, sensation de lourdeur)
  • Prise de poids inexpliqué (rétention d’eau au niveau du visage, du ventre, des genoux, des chevilles,…)
  • Constipation, diarrhée
  • Les symptômes sont aussi très souvent identiques aux symptômes d’une grossesse (ce qui peut prêter à confusion)
  • Sur le plan esthétique (acné, et perte de cheveux).
  • La liste des symptômes est bien longue, mais les conséquences causent un déséquilibre sur le plan professionnel, social, et …
  • Si vous en êtes atteinte, pas de crainte, prenez vous en main. Et même si votre entourage ou votre médecin pensent que c’est dans votre tête que tout se passe. Ne baissez pas les bras.

Comment faire votre propre diagnostic

  • Ce syndrome doit apparaître pendant plusieurs cycles, même si chaque cycle présente des symptômes différents ou non
  • Il apparaît avant les menstrues et se situent autour de l’ovulation et après l’ovulation
  • Mais certains symptômes commencent à disparaître au moment des règles et disparaissent complètement après celles-ci.

Ce problème est à prendre au sérieux, car certaines femmes finissent par se mettre sous anti-dépresseurs ce qui d’après moi ne règle pas le problème à la base. D’autres préfèrent se mettre sous pilule pour contourner le problème, mais une fois la pilule arrêtée le problème refait surface

Solutions: D’après moi dans un premier temps, il faudra regarder du côté de votre assiette et de votre hygiène de vie.

Ce qu’il ne faut pas faire:

  • Éviter les aliments trop salés (car ils sont majoritairement à l’origine de la rétention d’eau)
  • Éviter les plats industriels tout prêts (car trop salés et trop gras)
  • Éviter les gras saturés (ceux ci sont en partie à l’origine du taux élevé de prostaglandines qui causent le déséquilibre des hormones en baissant le taux de progestérones et augmentant le taux d’œstrogènes)
  • Réduire voire éliminer si vous le pouvez le tabac, l’alcool, la caféine, les viandes grasses
  • Réduire ou éviter les farines (farine blanche) ou les aliments raffinés
  • Éviter les eaux riches en sodium comme le StYorre si je ne me trompe pas

Ce qu’il faut faire:

  • Tenir un journal (quand avez vous remarqué les symptômes, quand commencent-ils, quand se terminent-ils, vos activités, votre comportement, votre alimentation, s’il y a eu amélioration)
  • Pratiquer du sport (le jogging vous permettra de lutter contre les stress et l’irritabilité, les sports aquatiques vous aideront à lutter contre la rétention d’eau). Si vous ne pouvez pratiquer ces sports, essayer de vous mettre à la marche à pied. En bref, bougez et ne vous enfermez pas.
  • Infusion de racine de pissenlit, de framboisier, d’achillée millefeuille, gattilier
  • Miser sur les oméga 3 (saumon, sardine, maquereau, graines de lin), et consommer les huiles d’olive, de colza, de germe de blé, de lin, et toute huile riche en acides gras insaturé. En quantité raisonnable bien sûr
  • Les fruits secs et oléagineux sans sel ajouté (amandes, abricots, noisette, noix, figues, colza, tournesol, arachide, soja, sésame, noix du brésil), céréales complètes, légumineuses. N’exagérer pas non plus avec les fruits secs car ils sont gras
  • Consommer du chocolat noir pour sa richesse en magnésium (juste un petit carré par jour fera l’affaire)
  • Légumes, viande maigre, volailles, poissons

Si vous cherchez des idées de pain maison aux farines complètes, c’est par ici. Et pour les desserts, ici. N’étant pas médecin, je vous conseille vivement de vous faire suivre par un médecin. Et en tout et pour tout un conseil indispensable: Jésus dit « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.[…]« Matthieu 11:28

N’hésitez pas aussi à partager avec nous vos expériences.

Articles sur le même thème

Température élevée et quel sport pratiquer?

Nous sommes nombreux à aimer pratiquer une activité sportive en plein air. Mais avec une température au dessus de la normale, pratiquer le jogging, le vélo, la marche à pied, le footing ou d’autres disciplines en plein air devient plus une corvée (même pour les sportifs avertis) qu’une partie de plaisir. Et en plus en France et dans certaines régions allemandes, la température grimpera ce week-end.

Sport aquatique

Notre organisme essaie toujours de maintenir sa température autour de 37°C: C’est son état d’équilibre. Sachant que le corps échange en permanence avec le monde extérieur, nous devons être prudents et ne pas lui infliger de gros dommages comme un refroidissement brutal (Exemple: sortir en plein hiver sans se protéger), ou une surchauffe importante. Car en perturbant l’état d’équilibre de notre organisme, nous incitons nos muscles à fabriquer plus d’énergie thermique et mécanique (dans le cas de la surchauffe). Conséquence l’évacuation devient insuffisante, car en ce moment l’organisme devient comme un moteur soumit à une trop grande tension. Le corps ayant été mis en état de déshydratation importante, le volume d’eau contenu dans la plasma sanguin diminue. Pour pomper du sang dans les vaisseaux sanguins, le coeur est donc soumis à rude épreuve à cause du sang devenu plus épais. Résultat des courses: Les muscles sont moins alimentés en oxygène et rendant ainsi l’évacuation des toxines difficile.

Solutions proposées:

Si vous comptez vraiment pratiquer un sport en plein, le mieux serait de le faire avant 8heures (dépend de votre région) ou après 20h (mais trop tard n’est ce pas?). Veillez à boire toutes les 15 min si possible, car une bonne hydratation pendant l’activité physique vous aide à éviter les crampes musculaires, les tendinites et même des problèmes cardio-vasculaires. Optez pour des boissons fortement minéralisées ou même des boissons légèrement sucrées car les muscles utilisent le sucre comme carburant et le sodium pour la récupération. Laisser votre corps fixer les limites de vos efforts et arrêtez vous lorsqu’il le faut.

Chacun étant libre de choisir, l’idéal serait en période de chaleur élevée de  pratiquer des sports aquatiques ou en salles climatisées. Mais hydratez vous convenablement, car même dans l’eau on transpire.

Quel sport pratiquez vous? Et à quelle fréquence?